L’autre jour je revenais d’une course avec mon amoureux. Les enfants étaient à l’école, il faisait vraiment beau; l’une des premières journées de soleil de 2021…la course n’était ni trop courte, ni trop longue : je filais le parfait bonheur. Parce que débuter ma journée par une activité physique me procure une dose d’endorphine que rien n’égale et me fait planer de bonheur le reste de la journée : ici, je sais que les adeptes d’activité physiques saisiront ce que je veux dire.

 

Donc, on revient, on marche, on jase. On est bien. On croise une connaissance à lui, qui nous accroche en nous disant que c’est beau, un couple qui s’entraîne ensemble. Il ne le fait jamais.

 

« -Jo, t’as perdu du poids?

-Bah…jpense pas, j’ai pas remarqué

 

Notons que mon copain a un bagage héréditaire qui en ferait rougir plusieurs d’envie. Il n’a pas de gras. Peu importe ce qu’il fait, mange, boit, il a toujours la même silhouette. Et quand il vit un moment de stress…il perd du poids. Retenez-vous, messieurs dames, ne gârochez pas votre téléphone. On connait tous des gens comme ça : les habitudes de vie y sont pour quelque chose, assurément, mais le bagage héréditaire fait partie des déterminants du poids d’une personne. Je le sais et vous aussi. Revenons à notre sympathique gaillard qui n’a pas ce même profil corporel qui nous a accosté.

 

(Moi) :- Ben c’est pas comme si il avait une grande marge de manœuvre et on a commencé à courir ensemble alors, possible.

(Jo) :- C’est sa faute, lance-t-il avec un clien d’œil complice. C’est sûr que quand tu es avec une nutritionniste, ça change des affaires! Mais pour le mieux, je suis content. Je bois moins et je mange vraiment mieux. Pis là, ben, je m’entraîne avec elle! C’est sûr que c’était pas comme ça dans mon ancienne vie.

 

On a un soupir de bien-être en même temps. Je sais, quétaine au boutte.

(Le grand gaillard) :-Ok faque tu profites moins de la vie qu’avant dans le fond!!! Hahahah

 

Moi : …..(Je me retiens car je suis de nature plus, disons, lionne, et j’ai juste envie de répliquer une remarque cinglante).

 

Pourquoi cela est-il venu me chercher? Trois points.

 

  • À l’ère que les « saines habitudes de vie » sont sur toutes les lèvres, saviez-vous que lorsque vous faites partie, en quelque sorte, de ces agents de changements, on vous ridiculise parfois avec ça?! Ben oui! Des remarques faisaient référence à la platitude de la sobriété, du ridicule de « courir après rien » ou de « brouter de l’herbe », j’en ai plus qu’entendu. On entend parler de la grossophobie à tout bout d’champ, mais il faut savoir qu’à peut près toutes les classes de personnes actuellement sont les cibles d’autres personnes. Celles qui ont leur santé à cœur et agissent en conséquence aussi.
  • Ce grand costaud, je le sais pour l’avoir entendu à de nombreuses reprises, SOUFFRE de son obésité. Ouf…j’ai nommé le mot « obésité », lancez-moi des roches. Mais c’est cela. Quand tu as plusieurs maladies chroniques qui te gênent jusque dans ton travail, appelons un chat un chat.
  • Mon copain TRIPPE sur son nouveau mode de vie; il a seulement arrondi en quelques sorte les coins de son ancien mode de vie! Est-il vêtu de lin, sirotant du kombucha, qui court 10 km tous les matins à contre-cœur? Non, non et re-non! Il a mis ça à sa sauce et a fait un « entre-deux » avec l’ancien lui, comme on l’appelle entre nous.

 

On (excluant la personne qui parle/écrit) a eu un rire jaune. Puis ça a cessé là. Le grand gaillard ne s’est pas rendu compte du poids de son jugement. Une remarque comme une autre!

 

On est allé se faire un smoothie d’après-course. Banane, fraises, lait de soya au chocolat et glace. Ça goûte le milkshake.

Lui? Possiblement une bière. Tsé, il profite de la vie…

 

Post-mortem réflexif.

 

En tant qu’intervenante en nutrition, je rencontre toutes les semaines des individus qui mettent en place, bien inconsciemment, des systèmes de défense afin de justifier leurs actions…ou inactions. Je l’abordais d’ailleurs dans cet article qui vous a fait grandement réagir et ce, de manière positive. Il faut comprendre que peut-être (on n’est pas dans sa tête!) cette personne a dit cette parole de manière à justifier le fait que lui, il ne met pas autant d’énergie à mettre en place des saines habitudes de vie. Il a tout à fait le droit, je ne le juge absolument pas. Je suis profondément d’avis que nous sommes maîtres de notre vie et que plusieurs modèles existent. Mais cet article voulait tout de même illustrer que des jugements, il y en a de toute part. Et que parfois, le fait de ridiculiser les saines habitudes de vie cache en fait un sentiment d’impuissance face à sa propre santé.

 

Mais…profiter de la vie, selon moi, c’est aussi d’y faire attention. Et ce n’est pas à grands coups de beuveries, de sédentarité et de mauvaises bouffe répétée qu’on s’approche de cette « dream life ».

 

Bonne réflexion les copains!

 

Crédit photo:https://fr.vecteezy.com/photo/1484771-gros-homme-boit-de-la-biere-allonge-sur-le-canape

 

 

 

 

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *