Vous le savez déjà, l’alcool apporte des calories dites « vides »: rien de bien nutritif là-dedans. Des antioxydants sont présents, oui, mais de là à dire qu’il faut en consommer à tous les jours, particulièrement dans un processus de perte de poids, serait exagéré.

Cela étant dit, certains aspects particuliers sont à considérer après une chirurgie bariatrique.

Voici 6 points à prendre en considération en ce qui concerne l’alcool et la chirurgie bariatrique :

1. Faire une pause de consommation à la suite de la chirurgie.

La recommandation officielle est d’attendre 6 mois après la chirurgie pour réintégrer de façon modérée l’alcool. Votre estomac et possiblement vos intestins (selon votre type de chirurgie) sont en guérison. Vous devez réapprendre à manger: ce n’est pas le temps d’avoir des nausées ou des reflux gastriques liés à une consommation d’alcool précoce.

 

2. Votre tolérance à l’alcool sera probablement diminuée.

La plupart des personnes ayant eu recours à la chirurgie bariatrique sont plus sensibles, BEAUCOUP plus sensibles aux effets de l’alcool (lire être saoul ou très feeling après quelques gorgées). Bien que les processus physiologiques ne soient pas complètement compris, il est commun de voir sa tolérance aux boissons alcoolisées diminuée : il en faut donc moins, pour avoir les mêmes effets qu’avant votre chirurgie. Certains diront que c’est une belle façon d’économiser de l’argent ou encore de vous payer une meilleure bouteille… ou de consulter une nutritionniste avec les économies faites 😉

 

3. Le bon moment pour consommer de l’alcool.

Sachant qu’il ne faut pas boire et manger en même temps, l’alcool doit donc être consommé en apéro ou en digestif. En apéritif, l’effet sur votre tolérance risque d’être encore plus fort puisque boire sur un estomac vide nous rend déjà plus sensible.
En digestif, soyez vigilent par rapport aux reflux gastriques que cela pourrait entrainer.

 

4. Lendemain de veille 2.0

Particulièrement vrai chez les personnes avec une chirurgie bariatrique de type Roux-en-Y (By-pass), l’alcool peut entraîner une hypoglycémie le lendemain matin. Les personnes diabétiques comme non-diabétique sont à risque!
Tremblements, difficulté de concentration, nausées, bref, les effets « d’une solide brosse » après 2 verres… quand même déplaisant. Les avantages versus les désavantages sont donc à réfléchir avant de se servir un deuxième verre.

 

5. Diminution des inhibitions.

Parfois, il parait que certaines personnes peuvent faire des « folies » lorsqu’ils boivent un peu trop. Il parait…
Qui dit alcool, dit souvent sentiment de plus grande liberté, et donc une diminution des inhibitions. Les chips sur la table, les bonbons et le chocolat sur le comptoir: on ouvre la porte au grignotage potentiellement.
Attention, le problème n’est pas les chips, les bonbons ou le chocolat, mais bien l’absence d’alimentation dite consciente. On mange sans vraiment sans rendre compte d’une certaine façon (et non, ce ne sont définitivement pas seulement les personnes ayant eu recours à une chirurgie bariatrique qui ont cette tendance).
Non, vous n’êtes pas à la diète, et non, nous ne recommandons pas de compter vos calories, MAIS vous pourriez être surpris comment ces apports superflus peut influencer négativement votre parcours de perte de poids. Surtout si ceux-ci arrivent régulièrement…

 

6. Pas de liquides pétillants après une chirurgie bariatrique.

Les liquides pétillants, donc avec des bulles, sont à éviter après une intervention chirurgicale, donc la bière, les cocktails avec boisson gazeuse, les mousseux et le champagne : il faudra donc faire un choix réfléchi!
Besoin de plus d’informations sur les boissons pétillantes, consultez notre article portant sur le sujet.

 

Besoin de quelques idées de boissons alcoolisées à consommer (en modération), en voici :
– vin blanc, vin rosée, vin rouge (attention ce dernier entraine bien souvent des reflux gastrique),
– Smoothies avec Rhum ou vodka (le smoothie peut même être protéiné),
– Bloody Caesar,
– Sex on the beach,
– Rhum vodka ou gin dans une eau protéinée à saveur,
– Tia Maria ou Bayley’s dans du lait froid ou chaud.

 

Finalement, l’alcool consommé de façon occasionnelle n’est pas problématique en soi.
Cependant, si celui-ci devient nécessaire pour avoir du plaisir ou encore pour décompresser, faites attention de ne pas développer une dépendance à l’alcool et au grignotage associé.
Au-delà de la gestion du poids, faites attention à vous.

 

 

Tchin-Tchin 😉
Et vous, votre drink préféré?

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *