L’orthorexie

orthorexieL’orthorexie, soit l’obsession de l’alimentation saine, ne possède pas de critères diagnostics précis car elle n’est pas incluse dans le DSM-5, mais cette pathologie est en constante augmentation. Les changements alimentaires du patient ne sont pas motivés par un désir de perte de poids, mais bien pour avoir une meilleure santé.

L’orthorexie se caractérise par une préoccupation exagérée, que l’on pourrait qualifier d’obsession, envers la nourriture saine. La personne orthorexique ne vise pas une perte de poids, mais bien de s’alimenter le plus sainement possible. Tout d’abord, elle limitera ou cessera les aliments riches en gras et en sucres. Ensuite, elle pourrait décider de cesser certains groupes alimentaires, motivée par le désir d’améliorer sa santé ou de prévenir les maladies par le biais de son alimentation. Plus le temps avance, plus le nombre d’aliments « permis » est restreint et plus la personne s’isole des évènements sociaux impliquant de la nourriture, tels que les sorties au restaurants ou les fêtes.

Il est important de noter que si la personne se sent très coupable et anxieuse si elle transgresse à l’une des nombreuses règles alimentaires qu’elle s’impose au nom de la santé.

« Lorsque je mange quelque chose que je ne trouve pas adéquat pour mon corps, je me sens sale de l’intérieur. »

Les règles, de plus en plus nombreuses, reposent la plupart du temps sur une interprétation erronée de ce qu’est une alimentation équilibrée et les aliments sont vus uniquement d’un point de vue nutritionnel (on mange des chiffres, pas des aliments) et classés selon leur degré d’acceptance. Au fur et à mesure que le trouble progresse, cette liste raccourcit et le patient peut en arriver à ne manger que certains aliments jugés adéquats sur le plan de la santé. Comble de tout, l’orthorexique est souvent citée en exemple par ses proches et des professionnels de la santé bienveillants quant à sa volonté de bien s’alimenter.

Quelques faits sur l’orthorexie :

Prévalence : Puisque ce trouble n’est pas officiellement reconnu, il est impossible de statuer sur sa prévalence. Toutefois, l’augmentation du nombre de cas présentement rapportés n’est pas sans lien avec le contexte social actuel. Certaines études ont démontré que plusieurs personnes orthorexiques sont adeptes de la plateforme Instagram[i], où elles prennent en photo leurs plats et « suivent » des personnes connues pour leur régime alimentaire extrêmement santé. Avec l’augmentation fulgurante de l’utilisation des médias sociaux par les jeunes et le besoin d’appartenance typique de l’adolescence, il est normal de s’inquiéter par rapport à la progression de ce trouble au cours des prochaines décennies.

Âge d’apparition : Serait la même que celle de l’anorexie ou de la boulimie, soit l’adolescence ou le début de l’âge adulte. Il est intéressant de souligner que certaines études démontrent une corrélation envers l’adoption du végétarisme et de l’orthorexie. Bien sûr, tout végétarien n’est pas orthorexique, mais il serait bon de se questionner sur les motivations réelles de son enfant si celui-ci désire couper les aliments animaux, simplement afin de valider que le végétarisme, socialement favorisé, n’est pas un prétexte pour camoufler le début d’un trouble de l’alimentation.

Comorbidités : Le risque de carences nutritionnelles en divers micronutriments et en énergie, une angoisse intense lors de l’ingestion d’aliments « impurs » et l’isolement social font partie du tableau clinique de l’orthorexie.

Manifestations physiologiques :Bien que la perte de poids n’est pas le motif de cette quête envers une alimentation « pure », il est très fréquent que la personne orthorexique perde du poids en raison de ses nombreuses restrictions alimentaires.

Prise en charge à la clinique :

Puisque l’alimentation saine est au cœur des préoccupations de la personne orthorexique, un suivi étroit avec la nutritionniste est de mise afin de rétablir les croyances erronées envers ce qu’est une alimentation équilibrée. Essentiellement, le suivi de la personne orthorexique sera très semblable à celui d’une personne anorexique ou boulimique.

Demande d’information / Prise de rendez-vous

Vous pouvez nous contacter par téléphone au 450-951-5135 ou via le formulaire ci-dessous.