, ,

Et toi, quel mangeur es-tu?

 

Ahhhhh l’alimentation. Du végétarisme à la diète cétogène, en passant par les shakes de protéines ou encore à la pleine conscience, on observe parfois sur les réseaux sociaux de véritables guerres d’opinion au sujet de LA MEILLEURE nutrition.

Chez Nutri Sans Chichi ce n’est pas le type de diète auquel on s’intéresse, mais plutôt au comment du pourquoi. Oui, on est de même nous autres.

Expliquons-nous. Lorsque nous rencontrons une nouvelle personne en consultation, on veut connaître SES goûts, SES croyances, SES valeurs, SES habitudes afin de personnaliser les conseils prodigués. Par exemple, il serait farfelu de proposer à un homme d’affaire ultra occupé, qui mange 20 repas sur 21 au resto de commencer à se faire des lunchs maison sans trop de ci et plus de ça et le manger en pleine conscience. Il va repartir en courant (on le comprend).

C’est pourquoi nous prenons le temps de poser plusieurs questions sur la situation actuelle du client; de ses objectifs (réalistes, farfelus : on veut tout connaître!) et sur le chemin à prendre pour s’y rendre. Tsé, on  t’implique!

 

Pas envie de prendre rendez-vous en nutrition pour modifier tes habitudes de vie? Bien que tu manques quelques chose 😉, voici quelques questions à te poser pour déterminer si les changements nutritionnels envisagés te conviennent réellement :

 

–          D’où ça vient cette idée-là?

–          Quelles sont les VRAIES raisons pour laquelle je choisirais cette façon de m’alimenter?

–          Suis-je à la recherche de la méthode miracle, pour la Xieme fois?

–          Combien de temps est-ce que je crois être capable de “tenir” ainsi?

–          Est-ce que je vais me priver souvent d’aliments que j’aime?

–          Scénario : si je n’avais pas vu plein de pubs, entendu parlé Pierre-Jean-Jacques des vertus de X, est-ce-que je considérerais ce changement alimentaire comme souhaitable?

 

C’est difficile de répondre à certaines questions? Ça te fait réfléchir?

Lorsqu’on s’éloigne de notre identité alimentaire, ça peut mal tourner. Soyons francs : tenter de t’alimenter d’une manière qui ne te correspond pas, c’est un peu comme créer ton propre échec tôt ou tard.

Mais…peut-on parler d’échec si nous considérons que la méthode elle-même n’était pas réaliste?

« Échouer » ne devrait pas signifier de céder à son plat favori ou de manger un peu plus de ceci ou pas assez de cela. Améliorer ses habitudes alimentaires, c’est un processus continu qui doit être mis à jour selon tes changements de vie, tes préférences, etc.

En conclusion, nous t’invitons à être toi-même.  Aie (et respecte) ta propre identité alimentaire. Écoute tes besoins et améliore certaines habitudes alimentaires en demeurant respectueux envers toi-même. Surtout, NE TE COMPARE PAS. La comparaison est inutile et parfois destructrice. Fais également attention lorsque tu donnes des conseils alimentaires, même si ça car tu ne connais pas les besoins, l’identité alimentaire et le degré de préoccupation de la personne devant toi.

Si jamais tu réalises que tu as un peu trop restreint ton alimentation, que tu as écouté tous les conseils possibles mais que tu ne t’es peut-être pas considéré, tu peux rechercher de l’aide. Apprendre à te découvrir à nouveau : tes goûts, tes préférences, c’est possible. Cela est très complexe et représente une démarche longue et ardue, mais également agréable et libératrice.

 

Crédit photo: pexels.com (Rakicevic Nenad)

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

16 − 3 =